Объявления в Париже

На сайте Собора Александра Невского можно разместить объявление в Париже, опубликовать анонс.

Crypte

Historique de la Crypte

Paroisse orthodoxe française de la Sainte Trinité

Consacrée en 1861, l’église saint Alexandre Nevsky n’a qu’un autel, ce qui est insuffisant étant donné l’importance de la présence orthodoxe à Paris. Aussi un second sanctuaire est consacré dans la crypte en 1863 et dédié à la Sainte Trinité.

Dès le milieu des années cinquante, des offices en français sont de temps en temps célébrés à la Crypte. Mgr Euloge avait conscience qu’ « il faut regarder vers l’avenir : si on perd l’usage de la langue, qu’au moins la foi orthodoxe soit sauvée et maintenue parmi les Russes francisés ».et il accorde sa bénédiction aux paroisses francophones qui se forment.

Le développement de la francophonie à la Crypte est l’œuvre d’une jeune génération, celle des enfants de ces émigrés russes jetés en terre étrangère par la Révolution. Ces derniers, à leur arrivée en France, n’avaient évidemment cure de célébrations en Français. Mais cela paraissait une nécessité pour tous les orthodoxes d’origine occidentale et tous ceux d’origine russe qui, de plus en plus nombreux, avaient perdu l’usage de leur langue. La motivation pour une orthodoxie française allait cependant bien au-delà de ces considérations linguistiques. Il s’agissait de donner un sens à l’exode des russes et à leur présence en France.

C’est en 1964, avec la nomination du Père Pierre Struve par Monseigneur Georges (Tarassov), que « la Crypte » devenait le lieu de culte officiel d’une communauté orthodoxe française avec une célébration régulière des offices. La chorale eut une lourde tâche : l’adaptation des mélodies slaves aux textes français était loin d’être parfaite et il y avait un travail constant sur les textes et l’interprétation musicale.

En 1968, suite au décès du Père Pierre, l’archevêque, Monseigneur Georges, s’inquiéta de ne pas laisser orpheline cette communauté si pleine de promesse. Son choix se porta sur le Père Boris Bobrinskoy.

Le 15 février 1973, par décision Archiépiscopale la Communauté Orthodoxe Française fut érigée au rang de paroisse.

Pendant de nombreuses années, jusqu’en 2009, le P. Boris a apporté à la communauté ses qualités de liturge. Il n’a cessé de garder cette communauté dans un éveil spirituel à travers ses prédications et ses exhortations. Il lui a prodigué cet enseignement à de multiples occasions, principalement au cours de ses catéchèses pour adultes et grâce aussi à diverses publications.

Actuellement, trois prêtres desservent la communauté dont le recteur, le père Alexis Struve.

En presque 50 ans d’existence la paroisse française de la Sainte Trinité s’est évidemment modifiée dans sa composition ; elle s’est francisée et compte une proportion de plus en plus grande de convertis. La Crypte toutefois a gardé son caractère pluriethnique du moins en ce qui concerne l’origine des gens qui la fréquentent, qu’elle soit libanaise, grecque, roumaine, russe évidemment, syrienne, éthiopienne, africaine, etc. Mais les Français de souche sont en majorité.

Des vocations assez nombreuses à la prêtrise, au diaconat ou à la vie monastique se sont révélées parmi les fidèles. Ce sont autant de trajectoires personnelles mais qui font partie aussi de l’histoire commune de la Crypte.

Danielle Gousseff