Объявления в Париже

На сайте Собора Александра Невского можно разместить объявление в Париже, опубликовать анонс.

Encyclique patriarcale pour la nouvelle année ecclésiastique

+ BARTHOLOMAIOS
Par la Miséricorde de Dieu
Archevêque de Constantinople, la Nouvelle Rome et Patriarche œcuménique

Pour l’Eglise entière: que la grâce et la paix du Créateur, le Pourvoyeur et le gouverneur de toute la Création, notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ

Bienheureux frères, sœurs et enfants dans le Seigneur,
La Mère commune de tous les orthodoxes, l’Église du Christ, le Corps de notre Seigneur éternel et divin Jésus-Christ humain, les ministres compassion à l’ensemble de ses activités mais surtout grâce à la divine Eucharistie, en offrant à ses saints dons à leur Créateur dans le mystère du salut. Il le fait avec preuves amour sans bornes et sans discernement vers l’ensemble de ses membres à la mesure également démontré par notre Père céleste.

Dans son mémoire de prière, l’Eglise a à cœur la présence de ses enfants, le maintien d’un vif intérêt et de préoccupation pour tout ce qui concerne et influence leur vie. C’est pourquoi il ne reste pas insensible ou indifférent par la destruction continue et quotidienne de l’environnement naturel résultant de la cupidité humaine et le profit vain, ce qui implique un tournant essentiel du visage et des résultats en conséquence des turbulences dans la nature et de la rupture du Seigneur dans son couronne, à savoir l’existence humaine, dont la survie même est menacée.

Le Patriarcat œcuménique et nous avons depuis de nombreuses années évalué les signes de notre temps ainsi que l’obligation eucharistique de l’Eglise orthodoxe. Ainsi, nous avons déclaré et consacré le début de l’année ecclésiastique, à savoir 1er Septembre comme une journée de prière et de supplication pour la préservation de la création de Dieu, qui a été hérité par nous comme notre environnement. En ce jour, nous nous inclinons notre cœur et de l’âme, en invoquant la Parole de Dieu à mépriser sa création avec bonté qu’Il puisse ignorer notre péché et de la cupidité, “ouverture Sa main pour remplir toute la création de Dieu” et mettre un terme à la voie destructrice du monde.

Bien sûr, il est vrai que des progrès significatifs ont été accomplis au cours des dernières décennies en matière de protection de l’environnement, notamment en élevant constamment prise de conscience de la conscience publique, en supposant que des mesures de précaution et de restriction, créer des programmes durables, le retour aux sources d’énergie les plus modérés, comme ainsi que de nombreuses autres activités fructueuses et remarquables. L’effort et le souci de l’Eglise Mère de Constantinople a grandement contribué à ce progrès dans la coopération avec les institutions et organisations écologiques internationales. Néanmoins, tout cela ne suffit pas.

Alors que nous célébrons cette année encore, la fête de l’indiction byzantine, et que nous inaugurons une nouvelle année de grâce du Seigneur, nous abordons la plénitude bienheureux de l’Eglise orthodoxe et le monde entier, en invitant toutes les personnes à la poursuite de la vigilance, de la conscience et de la mobilisation de leurs ressources afin de revenir à l’état qui reflète – si pas la condition eucharistique et doxologique absolu d’Adam et Eve – au moins la condition inspiré par la grâce et la miséricorde de Dieu.

L’exploitation illimitée et insatiable des ressources naturelles de la création, qui constitue la principale cause de la destruction de l’environnement naturel, est – selon le témoignage de la théologie, les sciences et les arts – le résultat de la chute de l’homme, c’est-à-dire, notre désobéissance au commandement du Seigneur et non-conformation de la volonté de Dieu.

Cependant, l’Église fournit l’antidote à la résolution de notre crise écologique, invitant chacun à la restauration de l’image de Dieu à son ancienne et originale beauté. La réhabilitation de la nature humaine déchue par le biais du souffle de l’Esprit Saint et la participation de ses dons restaure également une relation équilibrée entre l’humanité et la création, qui a été fait par Dieu pour notre joie et de plaisir, mais aussi pour nous d’offrir à Lui comme son Créateur.

L’Église Mère nous appelle “à cultiver l’ensemble de la création dans la Parole divine et Esprit vivifiant», tout comme Saint Syméon le Stylite, que nous célébrons aujourd’hui, afin que nous puissions monter “du naturel au surnaturel» et nous engageons “aux visions mystiques simples et absolues de la théologie» afin d’être soulevé de la création au Créateur. C’est la demeure de l’Esprit Saint que l’humanité divinise et en même temps l’unit avec l’environnement naturel afin que nous puissions percevoir comme faisant partie de nous-mêmes et respecter comme quelque chose de sacré sans dévier vers les abus et les extrêmes.
L’enrichissement de l’humanité par le monde naturel ne peut absolument pas se produire par abus gourmand mais par l’utilisation respectueuse, à savoir par le respect mutuel entre les êtres humains et tous les êtres créés, ainsi que tout ce qui a vie et offre la vie, qui a été créé «très bon» par la Parole de Dieu, à savoir tous les éléments de la création à la fois visibles et invisibles. Ainsi, nous serons en mesure de boire de l’eau de la pierre de vie de création, à voir le soleil créé et concevoir le soleil spirituel de la justice, à regarder la colonne de Saint Siméon matériel et voir la vraie colonne de lumière, pour assister à la nuages de pluie et entrer dans le nuage de l’Esprit Saint afin que nous puissions rester là, où le Christ est entré comme notre précurseur, et que nos noms enregistrés avec le premier-né dans l’Eglise céleste.

Ce n’est que lorsque nous procédons à cet état d’esprit – sur la contribution de chaque être vivant et légumes dans la liturgie universelle de la vie – que nous pouvons résoudre avec la puissance de la grâce divine et non au moyen de la violence humaine faiblement tous nos défis environnementaux.

Ce message de la vie est un message de notre responsabilité de continuer notre lutte spirituelle et de l’effort par la prière, l’exhortation, l’encouragement et d’appel, attirant l’attention de toutes les personnes à l’égard de la nécessité de se protéger de la colère imminent résultant de notre éloignement de la nature. Le souci constant de l’humanité sur la terre et des choses périssables provoque les problèmes écologiques dans la mesure où, lorsque nous nous tournons de plus en plus vers la terre et le monde, nous sommes de plus en plus aliénée du ciel et de Dieu.

La mère et la Grande Eglise Saint du Christ suppose sans cesse et cultive cette responsabilité obligatoire et salvatrice pour la protection de l’environnement pour la poursuite spirituelle et matérielle de la vie sur notre planète. Par conséquent, à cet égard, il organise un Grenelle de l’environnement Juin prochain sur le thème de «La théologie, de l’écologie, et la Parole: D’une conversation sur l’environnement, la littérature et les arts” L’objectif de cette conférence est d’éveiller la conscience mondiale à l’importance particulière et spécifique de la dimension éthique et spirituelle de la crise écologique – avec une référence particulière aux arts et à la littérature – afin qu’il puisse être retourné à son “beauté originelle», qui est le naturel, le trou et le but sacré pour qui il a été façonné par les mains créatives de la Parole divine.

Avoir “en nous la mémoire inviolable du jugement du Seigneur, « nous témoignons de ce centre sacré de tout l’orthodoxie à la vérité de la parole et attirons l’attention de tous sur les dangers qui nous attendent, qui la grâce de Dieu va sûrement éviter dans sa tendre providence. Et nous invitons tout le monde à travailler pour la préservation et le retour de notre monde à la Source de la vie, par les prières de nos saints Theotokos tout et à jamais béni, de Saint Syméon le Stylite, et de tous les saints. Amen.
1 septembre 2014

Categorie: Духовное чтение, Слово Патриарха 1,742 просмотров