Объявления в Париже

На сайте Собора Александра Невского можно разместить объявление в Париже, опубликовать анонс.

100 ans de la Révolution russe de 1917

Allocution de Son Eminence, le Métropolite Emmanuel de France, prononcée le samedi, 21 octobre 2017, en la cathédrale Saint Alexandre Nevsky

Eminence,
Bien chers Pères,
Chers frères et sœurs en Christ,

Aucun événement de l’histoire récente n’aura marqué aussi puissamment le monde orthodoxe – et paradoxalement son développement ultérieur – que la Révolution russe initiée en 1917. Cent années nous en séparent, pour autant la mémoire de cette période tragique reste particulièrement vivante en raison de la nature même des persécutions qui se sont succédé : oppression, famine, cruauté, inhumanité. Les mots ne suffisent pas pour décrire le caractère sanguinaire. Car la Révolution bolchévique de 1917 doit être clairement définie : un crime, un crime contre Dieu, un crime contre l’Église, un crime contre l’humanité, un crime fait de fermetures d’églises, de déportations et d’assassinats en masse de clercs et de fidèles. L’idéologie s’arme de l’injustice pour faire régner la terreur. À l’heure où le travail sur la mémoire et l’histoire est si populaire, au risque d’être même instrumentalisé par un appareil d’état cynique, nous ne pouvons passer sous silence les 150 millions de victimes de ces persécutions qui jalonnent toute la période soviétique.

Ces persécutions rappellent par trop les trois premiers siècles du christianisme marqués par la prolifération de martyrs qui emplissent aujourd’hui encore notre calendrier liturgique. Des profondeurs les plus noires de l’humanité résonne comme un souffle le chant du psalmiste : « Des profondeurs j’ai crié vers toi Seigneur, Seigneur exhausse ma prière ! Que ton oreille se fasse attentive à la voix de ma prière ! » (Ps 129, 1-2) Ce même souffle christique prononcé par le crucifié du haut de la Croix : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mat. 27, 46) Mais de l’enfer des persécutions a jailli un germe d’espérance, parce que de sainteté. Cette même sainteté qui a permis aux premières communautés chrétiennes d’exister et de produire un ensemble d’enseignements qui jusqu’à ce jour sont des attributs de l’expérience authentique, originelle de l’Église primitive. Aujourd’hui, les écrits d’un Père Arsène de Rostov sont tout aussi précieux. La nature prophétique de la sainteté de sainte Marie de Paris, martyre d’un autre tyran, mais pourvue de cette même force du christianisme intégral et jusqu’auboutiste, continue à nous inspirer. Car comme l’avait parfaitement perçu Alexandre Soljenitsyne, la figure du serviteur souffrant, du Christ crucifié, mais aussi ressuscité, transformait le goulag, machine à broyer les corps, en théâtre de la purification de ces âmes reconnues comme saints par l’Église de Russie en 2000.

Mais les victimes de la Révolution ne sont pas uniquement ceux qui ont nourri la folie de l’État, mais aussi ceux qui ont fui les persécutions et qui, en suivant la route de l’exile, se sont retrouvés dans la diaspora. C’est de cette réalité tragique que vous êtes aujourd’hui les dépositaires. Reconnaissant les souffrances liées au déracinement, l’Exarchat des églises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale témoigne d’un riche passé, d’un courage et d’une détermination exemplaires, représentés par la figure de feu le Métropolite Euloge, de bienheureuse mémoire, qui s’est liée au génie d’une communauté déterminante pour le renouveau et l’ouverture de l’orthodoxie au 20e siècle. Au cours des péripéties historiques des communautés orthodoxes russes d’Europe occidentale, le Patriarcat œcuménique de Constantinople a, quant à lui, toujours eu à cœur de prendre la responsabilité d’offrir un refuge canonique aux fidèles de la diaspora. L’attachement de l’Église mère à l’égard de l’Archevêché est irréversible.

Permettez-moi enfin de vous transmettre les bénédictions et prières paternelles de Sa Toute-Sainteté, le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du centenaire des victimes de la Révolution bolchévique de 1917.

Aujourd’hui, alors que nous écrivons les pages d’un nouveau siècle, nous devons nous en remettre à cette myriade de saints qui intercèdent en notre faveur et continuent à inspirer par leurs prières, par leur exemple et par leurs écrits notre attachement à la tradition de l’Église et au message salvifique du Christ ressuscité.

Categorie: Actualités 576 просмотров